Amiante : Renault Trucks devant les prud’hommes

Publié le 24 novembre 2020

Ce mardi, un juge départiteur va estimer si l’entreprise Renault Trucks de Vénissieux est effectivement responsable ou non d’un “préjudice d’anxiété” envers les salariés du site exposés à l’amiante de 1964 à 1996.

L’affaire a été renvoyée devant un juge professionnel car les juges des prud’hommes n’étaient pas parvenus à prendre une décision lors de la première audience.

La plainte est constituée de 1200 dossiers réunis par l’Association Prévenir et Réparer. L’association a estimé qu’une vingtaine de personnes ayant travaillé dans l’entreprise étaient décédées depuis 2000 à cause de l’amiante, et que près de quarante cas de maladies professionnelles étaient également dus à ce matériau hautement toxique pour les voies respiratoires.

Les salariés espèrent obtenir 15 000 euros de dommages-intérêts chacun, soit un montant de 18 millions au total.
L’avocate de la défense a contesté quant à elle l’exposition à l’amiante des salariés en dehors des zones de “fonderie et l’activité Car et Bus”.

Le site de 79 hectares, dont Volvo est désormais le propriétaire, est pourtant reconnu officiellement “Site Amiante” par un arrêté de 2016 publié au Journal Officiel, suite à une première plainte de l’association Prévenir et Réparer.


En cours de diffusion

Titre

Artiste